Beauregard années 1930…comment on se chauffait?

24 février 2013 - soljj

histoire de poêles

Chauffage et cuisson des aliments ne faisaient qu’un; le poêle restait allumé presque toute l’année, sauf en cas d’extrême chaleur où on le laissait éteindre après le repas de midi…la soupe était alors remplacée par une assiette de lait et quelque relief de repas froid.
La cuisinière n’arriva qu’en 1934… des souvenirs: son magnifique émail « mauve soutenu », mon père qui se réchauffait les pieds sur la porte du four rabattue, les fers à repasser toujours prêts sur la plaque, aussi bien pour le linge que pour tiédir le lit, et puis mon culbuto en celluloïd posé imprudemment devant le foyer et volatilisé aussitôt! Sur le dessin, elle est en position été, le tuyau montant directement dans la cheminée; en hiver, pour gagner de la chaleur, on la sortait de deux mètres dans la pièce et le tuyau, allongé et muni d’un coude, rentrait par le trou circulaire qui devrait être caché par un calendrier des postes.
Avant, on avait connu le poêle à quatre feux, en fonte noire, les orifices étant fermés par un système de rondelles que l’on utilisait selon la taille de la marmite…on retirait le tout pour griller les harengs salés à même la braise. Il n’en restait pas de trace à la ferme, mais je me rappelle parfaitement celui de la grand-mère « Nette »; elle avait acquis le modèle émaillé, avec four, fontaine d’eau chaude et barres latérales pour sécher les torchons.
Par contre on avait conservé le « poêle à deux marmites » qui restait dans la « cour de derrière » et qu’on utilisait encore pour chauffer la lessiveuse. Braize n’avait pas l’exclusivité de cette expression; on retrouve sur des sites de vente en ligne le recueil de contes « Autour du poêle à deux marmites » de M.G.Blanchard, poète nivernais.
Dans la même cour, il y avait aussi le « potager » à deux feux, alimenté au charbon de bois et qui était, paraît-il, placé dans l’embrasure de la fenêtre à la belle saison (un barbecue intérieur en quelque sorte…on ne parlait pas encore de monoxyde de carbone, je me souviens seulement de la bougie qui devait permettre de détecter la présence de gaz carbonique dans les caves lors de la fermentation du raisin!).
Pour être complet, il y avait aussi le mirus, mais il fallait une couche de neige épaisse et tenace, ou un gel accentué durable pour qu’on se décide à l’allumer dans la grande chambre…ça commençait par un enfumage copieux qui exaspérait grand-mère, et la pièce devait bien faire ses 120 mètres cubes, on n’avait pas de thermomètre pour vérifier les performances!
Le feu de cheminée n’était qu’un souvenir; restaient dans le tas de ferraille de ladite cour deux énormes chenets, des crémaillères de même taille et divers chaudrons : un trésor de brocante disparu qu’on jugeait alors sans valeur ajoutée possible!

Pour alimenter tout ça, le bois prélevé lors de la taille des « bouchures », surtout les branches des chênes « têtards » (on disait têteaux); le bail précisait bien que le fermier n’avait pas le droit d’abattre les arbres sans l’autorisation du propriétaire. On trouvait donc, encore dans la même cour, un stock de perches plus ou moins grosses, un énorme tas de fagots et un hangar à bois où on abritait les bûches sciées et fendues, avec la chèvre, le billot, la scie, la hache, la serpe…et un tas de riens inutiles!

Leave a Reply